Films : distribution des Will Smith d'Or…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Cédric Ferrand
Dieu des athées non-pratiquants
Messages : 9775
Inscription : mer. févr. 23, 2005 3:11 pm
Localisation : Montréal
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Cédric Ferrand »

Je suis dans une drôle de série avec Air Force One, The Sum of All Fears et Clear and Present Danger.
Au second degré, c'est assez hilarant, ce patriotisme qui pue les années 90.

Sinon, j'ai regardé Nobody, dont la prémice était qu'un mec qui n'est personne s'en remet soudainement à la violence.
Sauf que ce n'est pas n'importe qui, c'est évidemment l'ultime tueur. Et il s'en prend au fils du méchant gangster russe. Sérieux, il ne se cachent même pas quand ils copient John Wick. Ce n'est pas un mauvais film de castagne, mais l'ex asset de la CIA qui décime un gang grâce à sa connaissance de l'art de la guerre et des black ops, c'est d'une pauvreté scénaristique...

D'ailleurs, une autre pale copie de John Wick : Gunpowder Milkshake. Là ce sont des femmes qui sont des tueuses, mais sur le marché très concurrentiel du film bourrin avec un tueur badass, elles sont à la ramasse. C'est dommage car l'idée des bibliothécaires assassins aurait pu être l'occasion d'un bon délire, mais le film ne décolle jamais.
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Damien
Damien
Messages : 666
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Mickey-bis »

Bloody milkshake
Kingsman puis John Wick ont récemment entériné le genre "2020" de l'actioner : un quidam - se révélant être une machine à tuer formée de toute pièce par une mystérieuse organisation des puissants de ce monde - se fera trahir / marcher sur les pieds par ses propres collègues et devra éliminer tout le bestiaire dans un enchaînement de combats tous plus survitaminés les uns que les autres et dans des lieux incongrus. Le tout sous une lumière néon si possible.
Ah, et n'oublions pas l'innocente créature (fillette ; chiot) à protéger.

Ces films vendent avant tout une violence graphique innovante et chorégraphie, enrobée d'une obscure mythologie permettant d'ouvrir vers une licence si le succès commercial arrive.

Pour ce Milkshake, la formule est appliquée à la lettre. Le twist ? C'est des femmes.
Voilà voilà.
Le casting n'est pas déplaisant et fait le taf, mais les chorégraphies n'ont rien de folles et semblent même parfois un peu trop mécaniques (scène du bowling). Quant au reste ... ce n'est presque pas le sujet du film, donc ça ne sauve rien.
Dans le même genre, préférez - et de loin le très sympa et spectaculaire Atomic Blonde.
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2620
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par cdang »

Liz et l'oiseau bleu, Naoko Yamada (Kyoto animation, 2018)

Image

De passage à la librairie de la Cinémathèque à Paris (Bercy) — un vrai traquenard ce lieu, on ne soupçonnera jamais assez la perfidie qui peut se cacher derrière une expo sur Louis de Funès —, mon fils (14 ans et fan de manga et animés) tombe en pâmoison devant un bluray. Sur la jaquette, une hautboïste et une flûtiste en uniforme d'écolière et en arrière plan, une scène de Blanche Neige. Bon, pourquoi pas, de toute façon, j'ai pas les sous ni la place dans ma bibliothèque pour me payer le Hitchcock Truffaut, et puis maman a déjà pris l'intégrale du Gendarme et la sœur Hôtel Transylvanie 2 (et promo à 6 EUR), moi je reste à baver devant l'étal sur l'Ozploitation mais je réussis mon jet de volonté.

Donc hier soir, c'était Liz et l'oiseau bleu.

Une scène forestière, une jeune fille blonde à la taille haute folâtre et nourrit les animaux, elle aperçoit un bel oiseau bleu. Scène suivante, une lycéenne de terminale attend sur les marches du bahut. Elle est à l'écoute de la verdure qui encadre le bâtiment de béton, véritablement à l'écoute. Un pas se fait entendre ; manifestement, elle reconnaît ce pas, elle l'attendait. Le bruit des pas et du frottement des vêtements se mêlent aux percussions de la bande son, non pas comme un jeu de claquettes mais comme un jeu de calage et de décalage.

Le film est à l'image de son introduction. Mizore est une hautboïste timide. Elle regarde en permanence ses pieds, la réalisatrice montre les pieds, les creux poplités, les mains dans le dos ; on a de fréquents cadrages de dos et sous les épaules, le langage du corps prend le pas sur les mots. Sa copine, Nozomi, est une flûtiste extravertie, populaire, avec qui elle doit faire un duo. Juste une amitié ? Mmmm…

L'orchestre de l'école prépare une œuvre, Liz und ein Blauer Vogel : deux jeunes filles de rencontrent et vivent ensemble, mais l'une est un oiseau garou qui finit par s'envoler. Bien évidemment, il y a des échos entre l’œuvre et le vécu, le montage alterne les scènes du conte, avec un traitement aquarelle/lavis et des murs mats, et les scènes de lycée avec des sols lisses et brillants.

La terminale, la classe où l'on choisit son orientation professionnelle, où l'on prépare les concours ; université ? Conservatoire ? La classe où l'on va se séparer des amies que l'on fréquente depuis plusieurs années.

Le film est tiré de la série Sound! Euphonium et fait le lien avec le film Sound! Euphonium The Movie : Oath’s Finale. Sur le thème, il se rapproche de Si tu tends l'oreille (Yoshifumi Kondō, Ghibli 1995) mais est plus dans la contemplation.

http://liz-bluebird.com/
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu d'après le panthéon
Messages : 6103
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Tybalt (le retour) »

Je ne te remercie pas, tu viens de contribuer à l'effondrement annoncé de mon étagère de DVD de films d'animation, en particulier sa partie bâbord consacrée aux productions japonaises :D
(En plus, je suis un fan absolu de Si tu tends l'oreille, avec son mystère urbain, son idylle adolescente, son artisanat de nos régions, ses gentils grands-pères, ses chats et son écrivaine de fantasy en herbe.)

Dans le genre "végétaux et sentiments", mais avec des personnages un peu plus âgés, j'avais bien aimé The Garden of Words, un gros court-métrage (46 minutes) de Makoto Shinkai (qui s'est fait connaître depuis avec Your Name, entre autres). Une relation ambiguë entre un lycéen passionné de cordonnerie et une femme plus âgée, qui se rencontrent dans un coin d'un jardin public. Dommage que le dénouement soit un peu brusque, parce que le reste est joliment nuancé.

Et dans la série "animation japonaise et musique classique", j'avais vu il y a quelque temps Goshu le violoncelliste, d'Isao Takahata, qui, pour le coup, est beaucoup moins mignon et poétique que l'idée que je m'en faisais sur la base du synopsis ("de gentils animaux viennent aider un violoncelliste à s'améliorer en vue d'un concert important"). Les relations entre Goshu et les animaux en question partent en effet sur des bases assez violentes ! mais ça s'améliore... un peu... dans la suite. Vraiment déroutant de mon point de vue, mais intéressant.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.
Disclameur : j'ai écrit pour "Casus" et "Jdr Mag".
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3396
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Rosco »

Hier, cétait les crood 2, en famille.
Ma fille de y a rigler tout le long du film.
Le pitch, les croid des hommes des cavernes ont receuilli un homo sapiens, Guile
La fille,Hip, en tombe amoureuse.
Guile convaint les Crood de partir a la recherche de demain, un monde meilleur.
Sur la route ils croisnet une famille de sapiens les Bettermen.
Chic des cultures, place de la famille, rôle du père, amour, amitié, impact de la télévision, écologie.
Des thématiques modernes sur un habillage préhistorique comique.
De plus, ici les hommes ne servent que de faire valoir aux femmes
Rosco
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3396
Inscription : dim. avr. 30, 2017 10:23 am

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Rosco »

Tybalt (le retour) a écrit : mar. août 03, 2021 10:58 am Je ne te remercie pas, tu viens de contribuer à l'effondrement annoncé de mon étagère de DVD de films d'animation, en particulier sa partie bâbord consacrée aux productions japonaises :D
(En plus, je suis un fan absolu de Si tu tends l'oreille, avec son mystère urbain, son idylle adolescente, son artisanat de nos régions, ses gentils grands-pères, ses chats et son écrivaine de fantasy en herbe.)

Dans le genre "végétaux et sentiments", mais avec des personnages un peu plus âgés, j'avais bien aimé The Garden of Words, un gros court-métrage (46 minutes) de Makoto Shinkai (qui s'est fait connaître depuis avec Your Name, entre autres). Une relation ambiguë entre un lycéen passionné de cordonnerie et une femme plus âgée, qui se rencontrent dans un coin d'un jardin public. Dommage que le dénouement soit un peu brusque, parce que le reste est joliment nuancé.

Et dans la série "animation japonaise et musique classique", j'avais vu il y a quelque temps Goshu le violoncelliste, d'Isao Takahata, qui, pour le coup, est beaucoup moins mignon et poétique que l'idée que je m'en faisais sur la base du synopsis ("de gentils animaux viennent aider un violoncelliste à s'améliorer en vue d'un concert important"). Les relations entre Goshu et les animaux en question partent en effet sur des bases assez violentes ! mais ça s'améliore... un peu... dans la suite. Vraiment déroutant de mon point de vue, mais intéressant.

Personnelement, j ai beaucoup aimé le piano dans la foret, même si dans les critères actuelles se n est pas un film familiale (prostitution, enfant battu etc)
Avatar de l’utilisateur
Ravachol
Banni
Messages : 1332
Inscription : lun. avr. 08, 2013 2:35 pm
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Ravachol »

Tiens, je viens de découvrir que le film d'animation Pil, qui sort incessamment sous peu, est toulousain. Et plus précisément qu'il a été fait à 100m de mon karaoké.

Je ne suis pas client, mais par curiosité, j'ai regardé la bande annonce... Ça n'a rien à envier aux Disney tels que je les imagine....

Spoiler:
J'ai Diplomatie comme compétence. Ca fait combien de dommage ?

Une activité sans lien avec le jdr (sauf le patron) sur Toulouse :Un karaoké box
Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu d'après le panthéon
Messages : 6103
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Tybalt (le retour) »

Je mets un point pour l'effort, rien que pour le bestiaire.

Spoiler:
Un chatpoule et une monture de méchant en forme de bouledogue à ailes de chauve-souris... pas mal.

J'ai plutôt eu l'impression que ça cherchait à boxer du côté des Dreamworks (l'humour un peu shrekesque, une monture qui ressemble à une parodie de Dragons...). Mais les décors et les costumes sont très soignés et certaines blagues ont réussi à me faire rire.
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.
Disclameur : j'ai écrit pour "Casus" et "Jdr Mag".
Avatar de l’utilisateur
Léonard
Dieu d'après le panthéon
Messages : 3563
Inscription : lun. oct. 09, 2006 9:25 pm
Localisation : Aix-en-Provence

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Léonard »

Bon, à mon tour de faire mon petit retour sur Kaamelott.
J'ai plutôt passé un bon moment, et contrairement à ce que je craignais, l'aspect dramatique ne m'a pas gêné ( alors que j'avais trouvé ça vraiment mal maîtrisé sur la saison 5).
Malgré tout, j'ai trouvé que c'était assez bancal au niveau de la réalisation. Astier en fait vraiment des caisses : musique omniprésente (pas mauvaise, hein, juste faut savoir couper le son parfois), costumes d'opéra vraiment too much, mouvements de caméra virtuoses, décors majestueux... Ben du coup, ses dialogues si bien ciselés, qui trouvaient leur place dans des plans serrés, fixes, sans fioritures, ils donnent un peu faux, plus aussi drôle qu'avant. Et le jeu d'acteur (déjà pas toujours au point dans la série) montre ici toutes ses faiblesses.
Finalement, ce sont les scènes les plus simples qui m'ont le plus fait rire ou touché, notamment celles à la tour de Guenièvre.

La partie flashback m'a paru sans intérêt. Elle fait peut-être le lien avec la saison 6 que je n'ai pas vraiment suivie, mais là, dans le film, je ne vois vraiment pas ce qu'elle apporte.
Pack Horse Library : des femmes, des livres et des chevaux dans l'Amérique des années 1930 - Un jeu de rôle clé en main.

Commander Pack Horse Library sur lulu.com...

...et sur itch.io
 
Avatar de l’utilisateur
Zolomion
Zelateur
Messages : 88
Inscription : lun. avr. 27, 2020 3:52 pm
Localisation : Mulhouse (pas loin de)

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Zolomion »

Cédric Ferrand a écrit : lun. août 02, 2021 5:56 pm Je suis dans une drôle de série avec Air Force One, The Sum of All Fears et Clear and Present Danger.
Au second degré, c'est assez hilarant, ce patriotisme qui pue les années 90.

Les livres de Clancy sont plutôt bons et bien documentés ; forcément aujourd'hui c'est "âgé" puisque le monde a pas mal changé ! Néanmoins, il a plusieurs scenarii toujours d'actualité en termes de géopolitique (même si la Russie n'attaquera pas l'Europe militairement, à mon avis), et son idée de Rainbow 6 fait encore plus sens de nos jours.
 
In Pivo Veritas
Avatar de l’utilisateur
Mickey-bis
Damien
Damien
Messages : 666
Inscription : mar. oct. 24, 2017 12:04 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Mickey-bis »

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire
Ce 3ème opus de l'agent secret le plus con ... ou extrêmement intelligent... de France intrigue avant tout pour on changement de réalisateur. Nicolas Bedos, comme son père, cultive son image provocatrice et iconoclaste. Quelle serait son emprise sur une saga déjà basée sur un personnage ordinairement raciste, misogyne et homophobe? Bedos ira-t-il trop loin en brisant cet équilibre si délicat de la malaisance qui laisse bien comprendre que le propos est bien de dénoncer ces idées, et non de les embrasser ?

Mais avant de répondre à cette question, parlons du reste. Car OSS 117 n'est pas que provocation. C'est aussi et avant un pastiche du film d'espionnage de son époque. Si le Caire se moquait avant tout des oeuvres Hitchcockienne, Rio lui des Bonds Mooresques, ce dernier avatar filmique s'ancre dans les années 80 et convoque plus le cinéma et la série d'action américain avec une belle réussite. Il manquait un petit détour vers l'Agence tout risque pour être vraiment complet.
La mise en image est une réussite, avec des plans qui embrassent de somptueux (mais évidemment attendus) paysages de savanes, ainsi qu'une intro dynamique du plus bel effet.

Le scénario, quand à lui, est encore plus fonctionnel qu'avant, mais joue totalement son rôle afin de montrer à quel point OSS se laisse balader malgré lui par ls évènements. Le propos est clairement le temps qui passe et la peur d'être dépassé, et l'insertion d'une version "millenials" du plus grand des agents secrets est une bonne idée afin de stimuler cette rivalité.
Malheureusement, OSS bouffe tellement la pellicule que tous les autres personnages peinent à exister, servit probablement par des dialogues un peu moins convainquant que dans les épisodes précédents. Même les OSS-girls, grosses réussites des Caire & Rio, semblent un peu plus ternes. Hormis Micheline, qui garde encore son mordant!

Enfin, lorsque la salle se rallume, sur un final étrangement abrupte d'ailleurs, on constat que l'humour est présent, mais bien moins "vachard" qu'à l'accoutumée. Peut-être la peur d'un sujet plus contemporain que les nazis a conduit à plus d'autocensure ; à moins que Bedos - s'il feule comme un tigre sur les médias - griffe plutôt comme un chaton sage et convenu.
Avatar de l’utilisateur
Highlandjul
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2807
Inscription : lun. avr. 18, 2011 3:19 pm
Localisation : Lille

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Highlandjul »

Léonard a écrit : mar. août 03, 2021 10:45 pm Bon, à mon tour de faire mon petit retour sur Kaamelott.
J'ai plutôt passé un bon moment, et contrairement à ce que je craignais, l'aspect dramatique ne m'a pas gêné ( alors que j'avais trouvé ça vraiment mal maîtrisé sur la saison 5).
Malgré tout, j'ai trouvé que c'était assez bancal au niveau de la réalisation. Astier en fait vraiment des caisses : musique omniprésente (pas mauvaise, hein, juste faut savoir couper le son parfois), costumes d'opéra vraiment too much, mouvements de caméra virtuoses, décors majestueux... Ben du coup, ses dialogues si bien ciselés, qui trouvaient leur place dans des plans serrés, fixes, sans fioritures, ils donnent un peu faux, plus aussi drôle qu'avant. Et le jeu d'acteur (déjà pas toujours au point dans la série) montre ici toutes ses faiblesses.
Finalement, ce sont les scènes les plus simples qui m'ont le plus fait rire ou touché, notamment celles à la tour de Guenièvre.

La partie flashback m'a paru sans intérêt. Elle fait peut-être le lien avec la saison 6 que je n'ai pas vraiment suivie, mais là, dans le film, je ne vois vraiment pas ce qu'elle apporte.
Bah. Un peu pareil que toi. Les scènes qui font le plus mouche sont celle que tu cites et celle de la table ronde en Aquitaine.
Pour paraphraser Coco Chanel : " trop de tout". Trop de costumes, trop de références, trop de musique, trop de dialogues trop de personnages... En fait. Il aurait fallu une trilogie et soigner les pauses et les silences. C'est ça qu'il manque, j'ai trouvé, des pauses, du silence, du temps et du rythme. C'est pas mauvais. Mais ça ne fonctionne pas faute de timing je trouve.
Et c'est bien dommage parce que l'aspect choral ne fonctionne pas, on a l'impression qu'on a bourré pour tout faire rentrer mias du coup pas de beaux morceaux qui tirerait son epingle du jeu.
C'est dommage. Ca reste quand même pas mal mais il manque clairement des trucs.
Avatar de l’utilisateur
Highlandjul
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2807
Inscription : lun. avr. 18, 2011 3:19 pm
Localisation : Lille

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Highlandjul »

Et pour donner mon avis sur le costume de Lancelot. Je trouve que malheureusement son armure ampute l'acteur d'une partie non négligeable de son corps et de son visage. J'ai trouvé ça aussi gland que de faire claquer Marion Cotillard dans des sangles dans une bagnole avec aucun espace. Je pense que l'absence de caractère de Lancelot s'explique en partie par ça, parce que l'acteur a trop peu de marge de manœuvre pour jouer.
Après comme les autres, il y a de très bonnes choses mais je suis un peu restée sur ma faim quand même.
Avatar de l’utilisateur
Sans Visage
Cardinal
Messages : 537
Inscription : mer. août 19, 2009 4:37 pm
Localisation : Manchester (UK)

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Sans Visage »

Oui Cotillard était enceinte aussi ce qui n'a pas aidé pour trouver de la place pour respirer.
Dommage pour l'armure de Lancelot et les collaborateurs qui sont un peu transparents. (Surtout que j'adore le roi Loth et le père Blaise)
[url=http://www.pandapirate.net/casus/viewtopic.php?t=14621]Artesia: le retour au pays[/url]
Un pays sans loi, des brigands les mains ensanglantées, des livres qu'il vaut mieux ne pas lire, des cultes secrets et un chevalier de retour chez lui.
Hubeuh
Initié
Messages : 185
Inscription : mer. mars 16, 2005 9:24 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Hubeuh »

De mon point de vue, Kaamelott.
Le Graal est à la croisée entre le chaudron celte, et la coupe du sang du christ. A ce titre, il recoupe tout un tas de symboles.
- c'est une corne d'abondance. Bien avant l'invention des tables, rondes ou pas, l'invention du chaudron (et donc des repas chauds de masse) a permis l'unification autour d'un foyer festif, au delà de la famille. Et donc un symbole d'égalité.
- c'est le sexe d'une femme. Métaphore qu'on retrouve par exemple dans le mythe autour de Keridwen et de Gwion Bach, le bâton pour mélanger, la goutte de sang, la naissance d'Afangddu et de Taliesin. Et donc réunit les symboles de la séduction, et de la fertilité.
- c'est un testament. Joseph d'Arimathie a recueilli le sang du Christ sur la croix. Et il s'est baladé avec un certain temps, prosélyte. C'est donc un symbole christique, entre autres, de rédemption, de miséricorde.
- c'est un seuil. Entre paganisme et christianisme, entre naissance et mort (comme le Pair Dadeni), entre homme et femme, entre manant et chevalier, c'est un pivot, qui change en structurant. C'est ce changement qui est périlleux. C'est un symbole de passage du chaos à l'ordre.
Je pense que ce tome 1 est une prolongation de la série, mais aussi la première étape de la quête du Graal.
Après, pour les costumes, la distribution, le rythme, j'abonde dans votre sens. Mais pour
Spoiler:
les flashbacks, le désir dépressif de mourir, l'organisation des burgondes, le retour vers Guenièvre, ou la décision d'épargner Lancelot, j'ai trouvé ça signifiant à chaque fois.
 
Le temps perdu ne se rattrape jamais.
Répondre