Films : distribution des Will Smith d'Or…

Ciné, télé, zik et bla bla persos (trolls, floodeurs et baskets interdits)
Avatar de l’utilisateur
Mugen
Dieu des bottes de cuir
Messages : 10925
Inscription : mer. mai 17, 2006 11:34 am

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Mugen »

cdang a écrit : lun. mars 22, 2021 10:17 am En revanche, un format carré permet de resserrer l'image et de renforcer une impression de renfermement, comme pas exemple dans Rosetta des frères Dardenne (on ne peut pas échapper à la misère). C'est par ailleurs le format le plus vertical, ce qui permet d'évoquer l'envol, comme par exemple dans De Bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau, ou encore de faire figurer à la fois une action au sol et une action en vol comme dans la partie de chasse de La Règle du jeu de Renoir.

Il y a aussi le Mummy de Xavier Dolan qui joue sur le format de l'image,
Spoiler:
se permettant même de le modifier par deux fois alors que le héros voit son horizon s'élargir, puis se rétrécir...
Sois satisfait des fruit, des fleurs et même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles.
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.
Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2836
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Gridal »

Il y a également The Lighthouse de Robert Eggers, en noir et blanc et au format 1.19:1, quasiment carré, ce qui sert complètement l'ambiance du film.
Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 8532
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Silenttimo »

Mugen a écrit : lun. mars 22, 2021 11:49 am
Léonard a écrit : lun. mars 22, 2021 10:05 am Au quoi ?

Au cinématographe.
C'est comme la télévision, mais dans une grande salle, avec un grand écran et un bon matériel sonore. Tu y vas pour voir un film, et tu ne peux en théorie pas zapper au milieu. Mais du coup, tu es sûr de ne jamais tomber sur Hanouna !
Un peu comme un mix entre la télévision et le théâtre, quoi... Ah... le théâtre... zut...
Le théâtre ou le cinéma, c'est pas le lieu où on va après un petit resto, pour clore une journée de travail en présentiel harassante et se détendre !?

J'ai vu hier "4 de l'infanterie" (lien IMDB), le 1er film parlant de Georg Wilhem Pabst, et si ce n'est pas l'un des tous meilleurs films sur la guerre 14-18, le ton en est en revanche singulier avec un fond pacifiste qui ne condamne ni ne glorifie jamais les soldats (d'aucun camp), mais souligne le fait qu'en définitive, ils sont tous dans la même galère, ces "camarades combattants", même opposés. Il a d'ailleurs été interdit par les nazis.

Je pense regarder d'autres Pabst prochainement.
Je n'ai jusqu'à présent vu que 4 films de lui, tous muets, et il a une carrière faite de zigzags : réalisateurs parmi les plus talentueux des germanophones jusqu'en 1933, il quitte l'Allemagne et tourne dans d'autres pays, essentiellement en France (son chef op' favori et ami est juif), il revient au plus fort de la guerre, accepte d'être produit par des fonds cinématographiques tenus par les nazis pour 3 films (sortis entre 1941 et 1945), puis fait amende honorable après la guerre et réalise notamment un diptyque anti-nazi.
 
"Mieux est de ris que de larmes écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme" (Rabelais)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)
Avatar de l’utilisateur
Tybalt (le retour)
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5687
Inscription : mer. août 22, 2012 7:33 pm
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Tybalt (le retour) »

Mugen a écrit : lun. mars 22, 2021 1:13 pm
cdang a écrit : lun. mars 22, 2021 10:17 am En revanche, un format carré permet de resserrer l'image et de renforcer une impression de renfermement, comme pas exemple dans Rosetta des frères Dardenne (on ne peut pas échapper à la misère). C'est par ailleurs le format le plus vertical, ce qui permet d'évoquer l'envol, comme par exemple dans De Bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau, ou encore de faire figurer à la fois une action au sol et une action en vol comme dans la partie de chasse de La Règle du jeu de Renoir.

Il y a aussi le Mummy de Xavier Dolan qui joue sur le format de l'image,
Spoiler:
se permettant même de le modifier par deux fois alors que le héros voit son horizon s'élargir, puis se rétrécir...

Zut, je n'ai pas remarqué ça au premier visionnage, et j'ai ensuite placé le film dans mon dossier "Excellents films à ne surtout jamais revoir" parce qu'il est affreux (sauf si la violence familiale et les montagnes russes émotionnelles dignes de l'Himalaya vous laissent de marbre).
Mes sites : Kosmos (un jdra sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les auteurs antiques pour vous) ; blog de lectures ; site d'écriture.
Disclameur : j'ai écrit pour "Casus" et "Jdr Mag".
Avatar de l’utilisateur
Deimoss
Dieu des spaces marines
Messages : 6413
Inscription : mar. sept. 18, 2007 9:27 am

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Deimoss »

Dommage qu'ils aient gardé Jesse Eiseinberg dans la Snyder cut, le peu qu'il apparaît est toujours aussi navrant. En comparaison le Lex Luthor de Smallville est oscarisable tellement c'est mieux joué, même le médiocre Luthor de Spacey était mieux... :neutral:
Entre lui et le joquair qu'ils nous ont déniché c'est le duo de méchants minables.
La mort, c'est quand t'as plus de pièces de rechange.
Avatar de l’utilisateur
VigiloConfido
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2706
Inscription : jeu. juil. 20, 2017 10:34 am
Localisation : Vitry-sur-seine

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par VigiloConfido »

Hier soir, j'ai vu un film sur France 2 , une comédie avec Audrey Tautou (mais elle n'y a pas le rôle principal). C'est l'histoire d'une femme qui découvre que son mari, un policier héroïque mort en service, n'était pas si héroïque que ça et elle fait libérer une personne qui avait précédemment été envoyée en prison sans être coupable. Et là, tout part en vrille...

Bon, le film avait 3 étoiles sur le journal TV et même si y avait certaines scènes drôles, j'ai pas trouvé ces trois étoiles moi... Je me suis un peu emmerdé et c'est d'autant plus ironique que j'avais choisi le film "histoire de changer de genre et pas encore regarder Aquaman" ^^
Dernière modification par VigiloConfido le lun. mars 22, 2021 3:32 pm, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2836
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Gridal »

@VigiloConfido d'après ta description ça doit être En liberté ! de Pierre Salvadori. D'habitude je suis assez client de ses films mais là c'est vrai que c'est pas terrible, limite gênant par moment. J'ai ri à quelques reprises mais bon... Adèle Haenel y est, comme d'habitude, géniale, et Audrey Tautou est bien aussi, mais ça suffit vraiment pas à sauver le film.
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2184
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par cdang »

Silenttimo a écrit : lun. mars 22, 2021 2:01 pm Je pense regarder d'autres Pabst prochainement.

J'en avais vu quelques uns lors d'une rétrospective il y a 25 ans ; j'ai beaucoup apprécié L'Opéra de quat'sous et La Tragédie de la mine (en plus à l'époque j'étais à Saint-Étienne) ; je crois que j'ai vu aussi Loulou mais je n'en ai pas gardé de souvenir.
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Harfang2
Pratiquant
Messages : 226
Inscription : jeu. déc. 03, 2020 5:51 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Harfang2 »

cdang a écrit : lun. mars 22, 2021 10:17 am Pour être sûr de bien comprendre ta réponse : à ton avis, le format 1,33:1 ne sert pas l'esthétique du film car pour toi, ce format est associé au « petit écran » alors qu'un format plus large « fait grand écran » alors même que dans tous les cas tu regardes ça sur le même écran.

C'est bien sûr une question de goût mais le débat n'est à mon sens pas là.

Historiquement, les formats larges ont été introduits effectivement pour lutter contre la montée de la télévision : comme les salles de cinéma sont de toute manière larges (pour accueillir suffisamment de spectateur·trices), autant utiliser cette largeur pour de l'image ; le même film à la télé 4/3 impose soit de couper les bords de l'image (pan & scan), soit d'introduire des bandes noires qui réduisent la surface utile, soit un compromis entre les deux. C'est aussi pour cette raison que la couleur s'est généralisée, la télé étant encore en N&B à l'époque.

On n'en est plus là en 2021, notamment avec les écrans 16/9. Reste la question du choix esthétique.

Les formats larges sont bien adaptés aux films dans des paysages ouverts (typiquement les westerns) ou aux films faisant intervenir de nombreux protagonistes au sol (charge des indiens ou de la cavalerie, mais aussi par exemple les cinq criminels de Usual suspects) ou bien des protagonistes écartés (les fameux duels au pistolet, oui, c'est pas pour rien qu'un gros paquet de western sont en Scope 2,35:1).

En revanche, un format carré permet de resserrer l'image et de renforcer une impression de renfermement, comme pas exemple dans Rosetta des frères Dardenne (on ne peut pas échapper à la misère). C'est par ailleurs le format le plus vertical, ce qui permet d'évoquer l'envol, comme par exemple dans De Bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau, ou encore de faire figurer à la fois une action au sol et une action en vol comme dans la partie de chasse de La Règle du jeu de Renoir.

Pour Zack Snyder's Justice League je n'ai pas d'avis puisque je ne l'ai pas vu, (je n'ai vu que le Whedon). Le problème c'est qu'on a à la fois une distribution importante (six héros à faire tenir dans l'écran) et de l'action en trois dimensions (dans le sens intradiégétique : on ne reste pas au sol mais ça vole). Un compromis pas facile à trouver sans doute.

Ne m'intéressant que fort peu à la vidéo, je ne m'étais jamais interrogé là-dessus. Du coup, c'était fort intéressant ton propos.
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2184
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par cdang »

Disons que j'ai fait mon objection de conscience en tant qu'opérateur projectionniste dans un ciné arts et essais, j'ai pu me forger une culture sur le sujet ^_^

Pour en rajouter une couche : on peut faire un surcadre, c'est-à-dire un cadre à l'intérieur de l'image. On peut par exemple penser à la scène centrale d'American Beauty (Sam Mendes, 1999) où l'image apparaît dans trois surcadres : la fenêtre de la chambre (la caméra est à l'extérieur et filme l'intérieur de la chambre de Jane), l'écran du caméscope (Ricky filme Jane) et l'écran de télé qui diffuse ce que filme le caméscope (c'est une scène pivot puisqu'à ce moment là, Ricky arrête de regarder par l’œilleton du caméscope et regarde pour la première fois Jane sans filtre).

Pour revenir à la notion d'enfermement : dans Les 400 Coups (1959), François Truffaut filme l'enfermement avec un format large (scope 2,35:1). Pour cela, il use justement du surcadre : par exemple la scène où Antoine est coincé à table entre ses parents (le surcadre est formé de la table devant, la commode derrière et ses parents à gauche et à droite). De manière générale, le film est tourné à Paris qui est une ville contenant beaucoup de lignes verticales, ce qui est mis en évidence dès le générique (immeubles, Tour Eiffel) ; cela coupe la largeur de l'image. Le contraste est flagrant avec la scène de fin qui se déroule sur une plage où là toutes les lignes sont horizontales.

Comme exemple de mésusage du format, je citerai bien Le Journal d'Anne Franck (George Stevens, 1959) : huis-clos par excellence, l'usage du scope 2,35:1 ne permet pas de rendre le sentiment de peur et d'oppression et on retient au final plus la romance sentimentale que la tragédie.
Dernière modification par cdang le mar. mars 23, 2021 10:38 am, modifié 1 fois.
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Silenttimo
Dieu bavard du muet
Messages : 8532
Inscription : mar. févr. 13, 2007 3:39 pm
Localisation : Hauts-de-Seine sud (92)

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Silenttimo »

cdang a écrit : lun. mars 22, 2021 3:51 pm
Silenttimo a écrit : lun. mars 22, 2021 2:01 pm Je pense regarder d'autres Pabst prochainement.
J'en avais vu quelques uns lors d'une rétrospective il y a 25 ans ; j'ai beaucoup apprécié L'Opéra de quat'sous et La Tragédie de la mine (en plus à l'époque j'étais à Saint-Étienne) ; je crois que j'ai vu aussi Loulou mais je n'en ai pas gardé de souvenir.
Du coup, c'était "la tragédie de la mine" (lien IMDB) hier, film de 1931 de Pabst.
Crise économique, les mineurs allemands frontaliers et chômeurs ne peuvent plus travailler en France, même si à l'occasion, certains viennent se détendre côté français.
Mais un terrible coup de grisou se produit côté français, et les sauveteurs allemands décident de venir donner un coup de main à leurs homologues français.
Ma femme hésitait à le regarder (fatigue + début un peu tardif), et en fait, nous avons été tous deux captivés.
Le scénario joue des rancoeurs et traces des conflits entra la France et l'Allemagne (ou la Prusse), plusieurs dialogues, des images, des objets sont là pour rappeler 1870-71 et surtout 1914-18, mais aussi les tensions au Maroc vers 1904-06.
Il y a probablement un biais facile qui sert le propos du film (l'accord très rapide du directeur de la mine allemande d'autoriser les sauveteurs à prendre le matériel et aller côté français), mais le fond est optimiste, humain : l'amitié entre les peuples et la solidarité entre travailleurs sont supérieurs aux guerres et aux intérêts financiers (à noter que le scénario est inspiré d'un fait réel, la catastrophe de la mine de Courrières -lien wiki- en 1906).
Bref, un très beau film, et les séquences de mine sont impressionnantes et rappellent à quel point les conditions de travail y étaient dures.

Bon, même si j'ai vu 3 des films muets sur les 5, et 2 parlants sur les 7, il me reste encore du pain sur la planche (lien DVDclassik)...
 
"Mieux est de ris que de larmes écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme" (Rabelais)

Fan de ciné muet et US :
- Lubitsch : "Je fais appel à l'intelligence du spectateur !"
- Avatar : "l'homme qui rit" de P. Leni (1928)
Avatar de l’utilisateur
cdang
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2184
Inscription : jeu. avr. 30, 2015 10:23 am
Localisation : Le Havre

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par cdang »

Pour terminer avec le peu que j'ai appris sur la lecture de l'image : la lecture justement.

Depuis la petite section, nous (les pays où on apprend à lire) entraînons notre œil à balayer une page d'une certaine manière ; dans les pays d'alphabet latin, grec, cyrillique ou les écritures du sanskrit (soit un paquet de pays produisant beaucoup de films) c'est de gauche à droite et de haut en bas.

En effet, la zone nette de notre champs de vision est relativement étroite et si nous voyons une grande image nette, c'est en fait que notre œil balaie l'image, notre cerveau se chargeant de recomposer le tableau.

Vous remarquerez donc que dans les films, tout du moins ceux dont les réalisateurs lisent de gauche à droite, les courses poursuites se font souvent de gauche à droite, les travellings rapides aussi.

Dans les scènes de tension type jump scare, le personnage se dirige vers la droite en regardant à gauche, la droite étant un inconnu ; d'ailleurs, Pour en revenir au surcadre, dans ces scènes, il n'y a pas d'objet à droite pour arrêter le regard, le balayage fait sortir le regard de l'écran et renforce la notion de hors-cadre (ce qui est présent dans la fiction mais n'est pas dans le champ de la caméra).

Et instinctivement, une ligne oblique / est pour nous montante alors qu'une oblique \ est descendante. Par exemple, dans un film africain dont j'ai oublié le nom, une scène commence par une dispute et se termine par une réconciliation ; en début de scène, les deux personnages et l'objet au centre de la case (un vasque) forment une oblique \, symbole du déséquilibre ; à la fin de la scène, les personnages ont bougé et les trois éléments forment une ligne horizontale —, symbole de stabilité.

Dernier petit élément de construction de l'image : la règle du 180°. Lorsqu'il y a deux personnages face à face, la caméra reste toujours du même côté de la ligne que forme les deux personnages même lorsqu'il y a un changement de point de vue (par exemple champ-contrechamp). Dans le même ordre d'idée, lorsqu'un personnage quitte une pièce et rentre dans une autre, il est en général filmé sous son même profil (par exemple s'il sort à droite de la salle 1 il rentre à gauche de la salle2).

Bien sûr comme toutes les règles, elles peuvent être brisées pour créer tel ou tel effet (ou par amateurisme ^_^).
--
Vous êtes mort
Avatar de l’utilisateur
Kardwill
Dieu des strates galactiques
Messages : 8013
Inscription : mar. déc. 11, 2007 3:19 pm

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Kardwill »

C'est vrai que pour la règle des 180°, je n'y avais jamais fait gaffe jusqu'à ce qu'on me montre des films où cette règle n'est pas respectée, et ça tord le cerveau : on est tellement habitué à ce code (qui correspond à notre expérience visuelle quand on regarde deux personnes parler) que sans lui, on ne sait plus où sont les personnages l'un par rapport à l'autre (mon cerveau me disant que puisqu'ils sont vus sous le même angle, ils sont côte à côte et tournés dans la même direction). Très perturbant.
MJ actuellement sur : Dresden Files (Fate), Star Trek (Fate), Ravenloft (D&D)
Avatar de l’utilisateur
bloodymary
Profane
Messages : 12
Inscription : lun. déc. 31, 2018 4:38 pm
Localisation : El Centre del Món

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par bloodymary »

Le format du 4:3 ( qui n'en est pas tout à fait un d'ailleurs ) est parce que Snyder voulait le sortir en IMAX et IMAX c'est le format dit "grand carré".

C'est un choix. Qui lui plaît d'ailleurs, pour l'avoir utilisé par le passé. Il a donc fait le choix au tout début de Justice League que ça serait tout en IMAX. Il n'avait pas prévu que ça sortirait pour la télé.

Il n'a pas souhaité reprendre les plans ou élargir. Et son choix ne dessert pas le film, je trouve d'ailleurs que c'était approprié puisqu'il raconte un comics, ce qui lui permet de bien centrer les sujets et d'axer sur autre chose que les explosions et autre toutim useless. Il y a des gens, il y a des plans.

Par opposition à vous tous, j'ai trouvé la version de Snyder bien au-dessus de la version de Whedon.
Plus le temps passe, plus Whedon ne fait que des raccourcis clavier tout moisi et ne vie que dans son monde, nous traitant tous d'imbécile si on a pas compris.

Alors que cette fois Snyder a bien posé son histoire. Alors que j'ai proprement détesté Batman vs. Superman et que j'ai été déçu de Man of Steele ( alors que la bande annonce envoyait du poney tellement prometteur ) je dirais que Snyder arrive enfin à ce qui voulait vraiment montrer. Et je ne suis pas déçue. Ca se regarde bien, mieux que n'importe quel Marvel.
Avatar de l’utilisateur
Loludian
Dieu pour tous
Messages : 6400
Inscription : sam. oct. 21, 2006 11:05 pm
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Films : distribution des Will Smith d'Or…

Message par Loludian »

Mieux que n'importe quel Marvel, c'est une question de goûts. J'ai vraiment pas aimé ce Snyder cut (mais je n'aimais pas non plus la première version).
Je n'ai ressenti aucune émotion, tout est daaaaark par principe parce que ça fait kewl, y'a des faux raccords qui piquent les yeux, des effets spéciaux dignes d'un mauvais jeu vidéo, sérieux, je trouve aucun de ces défauts dans les derniers Marvel. Et puis c'est incohérent avec les autres films du même univers aussi (par exemple le film avec Monsieur Trident, qui du coup ne colle pas avec Justice League). Et en tant que rôliste ça m'est insupportable ces incohérences.
Répondre