[CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit : lun. févr. 08, 2021 3:30 pm vous avez bien fait d'accepter cette mission, en definitive :)

Elle nous offre le niveau 9 et un artefact. Mais Vannedil est tout de même devenu mélancolique (13 points d'Ombre pour son 12 en sagesse - j'ai essayé de le retranscrire dans mon CR). Pour ma part je suis monté jusqu'à 11 et encore j'ai la chance d'être un Rôdeur et donc d'être avantagé sur me jets de corruption. Par ailleurs Beleg peut nous faire une potion en fin d'aventures qui nous fait baisser de 1 notre niveau de corruption. Je suis donc à 10 pour le moment. Après en partie, nous avons fait de très bons jets contre les venins de Tyulqin. Une série improbable qui nous a sauvegardé d'une mort certaine pour au moins deux d'entre nous. Nous avons aussi abusé de l'inspiration lorsque nous l'avions pour rejeter des dés fumeux comme ma première audience avec Eberulf. Mes compagnons en on fait de même sur d'autres jets importants. Lors du combat contre Tyulqin, et pour tenir jusqu'à l'arrivée de Tauler - au moins trois round - nous avons opté pour la bonne tactique je pense en nous dispersant et nous épaulant en distrayant l'araignée lorsqu'elle s'attaquait à l'un de nous. A chacune des attaques qu'elle m'a porté je perdais presque 20 points de vie. Elle m'a touché trois fois en très peu de temps, j'en menais pas large avec la dizaine de points qui me restait lorsque Tauler est afin arrivé.
Dernière modification par Carfax le lun. févr. 08, 2021 5:12 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1469
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

finalement le systeme aime fait le job :)
 
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1469
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

surtout quand c est toi qui raconte  :yes:
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Aigre-Feuille passe niveau 9. Mise à jour de sa fiche de personnage.

Image
Dernière modification par Carfax le ven. févr. 12, 2021 10:38 am, modifié 1 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit : lun. févr. 08, 2021 5:48 pm surtout quand c est toi qui raconte  :yes:

Merci l'ami  :bierre:
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1469
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

je ne vois pas ton age sur ta feuille de perso ;)

va falloir penser à la retraite et à la descendance :)
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 520
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Magnifique cette fin de rencontre !
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Objet Númenóréen
La corne ébréchée d'Annúminas


Image
 
Le don d’Eau-Sombre fut une corne, celle ébréchée d’Annúminas. Annúminas, la cité capitale du Royaume disparu de l’Arnor, fut bâtie sur la rive sud du Lac du Crépuscule, près de la source du Baranduin. Désormais abandonnée et oubliée, seules ses ruines subsistaient encore. Finement ouvragée dans de l’ivoire mat et possession des capitaines de la garde de la cité, cette corne sonnait le rassemblement et son souffle terrorisait ses ennemis. Elle fut transmise de capitaine à capitaine jusqu'à l'abandon de de la cité pour celle de Fornost, capitale de l’Arthedain, après la division de l’Arnor en trois royaumes. Son dernier souffle résonna à la fin du deuxième millénaire du troisième âge lors de la bataille perdue de Fornost face au Roi-Sorcier d'Angmar. Là, elle fut ébréchée lors de la chute de son dernier héritier et capitaine, Hirgon, sous les coups des orques noirs. Recueillie lors de la retraite, elle fut offerte, peu de temps après, en remerciement aux hommes du Gondor qui vinrent à la rescousse défaire le sorcier noir non loin des Collines du Crépuscule. L’objet fut égaré lors du retour des troupes du Gondor en leur contrée et sa trace se perdit avec le temps. Sitôt mien, inestimable présent, il m’emplit de fierté et l’Ennemi tremblera à nouveau au son de son chant.    

Son souffle équivaut à une Action. Les ennemis, dont le nombre égal le modificateur de Charisme du souffleur, doivent réussir un jet de sauvegarde de Sagesse contre DC = 8 + Bonus Maîtrise + modif. Charisme où être désavantagés lors de leur modif. Charisme prochains rounds.

Phase de communauté  
Dernière modification par Carfax le ven. févr. 12, 2021 10:07 pm, modifié 2 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

12ème phase de Communauté- Patrouiller
Fin d'année 2958 du Tiers Âge
Parole et chagrin
 
Image
 
Je tins ma parole, tout comme mes deux proches camarades. Nous partîmes patrouiller dans les montagnes et les veines minières de Castel-Pic. Accompagnés des Hommes des Bois du village, nous y chassâmes les gobelins. Le plus souvent ces viles créatures fuyaient devant nous mais, de maintes fois, nous dûmes tirer nos armes. Nous restâmes deux long mois parmi les mineurs et liâmes de nombreuses amitiés. Nous eûmes des morts dans nos rangs et perdîmes tristement nombre d’entre elles. Et lorsque nous partîmes, Hartfast, le chef des mineurs, nous remercia pour notre aide et notre allant. Mais mon retour à Bourg-les-Bois fut bien triste. Un mal insidieux avait frappé ma douce Beranhild. Je la trouvais affaiblis et alitée. Une forte fièvre s’était emparée de son corps. Avec son fils et ma fille, nous la veillâmes jours après jours. Et lorsque ses yeux restèrent clos, nous lui dîmes adieu. Une tristesse infinie m’étouffa et jamais, depuis lors, elle ne disparut entièrement. Nous élevâmes un simple tertre aux abords de notre chaumière. Au printemps, les fleurs sauvages l’égaillèrent.

Beran, le fils de ma bien aimée et désormais chasseur émérite, quitta alors notre chaumière. Je me rapprochais de ma fille et, souvent, nous partîmes tous deux arpenter les collines verdoyantes de l’Anduin et les abords de la vaste Forêt Noire. Notre complicité crût et je lui transmis mes connaissances. Elle révéla des dons martiaux indéniables et une fierté m’envahit de la voir ainsi grandir. Sa beauté me rappelait celle de sa mère car elle épousait ses traits. Sa jeunesse et sa fougue réchauffèrent mon cœur chagriné. Je songeais à ma Beranhild. Le regard perdu dans les cieux, je lui murmurais toute la fierté du père comblé que j’étais. La vaillance de notre enfant m’enorgueillit et je rougis à ce sentiment malgré son bienfondé.

Les petites fleurs sur le tertre oscillèrent lorsque la bise matinale se leva. Je m’abaissais et cueillis délicatement l'une d'elle. Je l’embrassais tendrement et la laissa s’échapper de mes doigts. Elle plana au loin, portée au gré du vent. Benranhild, ma bien aimée, mon amour était tien et jamais il ne s’essoufflera.

Les étrangers venus de l'Est
Dernière modification par Carfax le mar. févr. 16, 2021 2:11 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

polki a écrit : mer. févr. 10, 2021 5:12 pm je ne vois pas ton age sur ta feuille de perso ;)

va falloir penser à la retraite et à la descendance 

Et oui cette feuille n'est qu'un volet parmi les 4 qui compose la fdp. Aigre-Feuille a débuté ses aventures relatées ici à l'âge de 48 ans. 5 ans chez les hommes des bois puis la première aventure narrée en 2947 TA soit à 53 ans. En 2959 TA, il aborde sa 65eme année. Etant un dunedan, sa longévité est bien supérieure à celle d'un humain. Aragorn, si je ne dit pas de bêtise, affronte la trilogie du SDA dans ses 80 ans. Donc il reste un peu moins de 20 ans pour terminer cette campagne ce qui peut se faire avec ce personnage si aucun malheur ne survient. Néanmoins, sa fille - toujours pas prénommée  :charmeur  - est désormais adolescente et deviendra très bientôt une jeune adulte. Elle se prédestine à la martialité et j'envisage peut-être de poursuivre avec elle. Wait and see  :bierre: !
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1469
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

:yes:
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 520
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

C'est beau <3
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Avatar de l’utilisateur
polki
Banni
Messages : 1469
Inscription : lun. févr. 01, 2010 10:41 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par polki »

la feuille de perso, oui
mais la tronche d aigre feuille, il commence à faire son age :P
« Entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous, il faut choisir. » — Thomas Sankara
.
:bierre:
Avatar de l’utilisateur
Carfax
Dieu d'après le panthéon
Messages : 1926
Inscription : ven. avr. 03, 2015 8:57 am
Localisation : Marseille

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par Carfax »

Année 2959 T.A.
Les étrangers venus de l'Est
Sessions 40 à 41
 
Castel-Pic, ses montagnes, ses mines, nous les laissions derrière nous en ce début de printemps. Nous y avions combattu, longuement et férocement, l’engeance gobeline. Depuis la bataille des Cinq Armées, elle n’avait plus été autant présente mais, aidés des mineurs, nous avions pu la refluer dans les tréfonds des cavernes. A présent, fourbu, je retournais vers le Sud, vers Bourg-les-Bois et les miens, accompagné de Beleg et Vannedil. Nous étions partagés car nous avions lié des amitiés mais aussi pleuré la perte de nombreuses d’entre elles. Les combats face à ses maudites créatures avaient été meurtriers.

Au terme du voyage, la nuit venant et sous la menace d’un orage tempétueux, nous optâmes pour une pause dans ma ferme non loin du chemin. Encore trop éloignés, nous n’atteindrions pas le village de Bourg-les-Bois et autant nous préserver d’une froide et désagréable rincée. Nous atteignîmes le corps de ferme avec l’arrivée des premières gouttes. Le tonnerre grondait dans les cieux obscurcis. Nous nous mîmes à l’abris dans la petite dépendance où je passais mes nuitées lors des récoltes estivales. Rapidement, un feu crépita dans l’âtre. Au dehors, la pluie redoubla soudainement et gifla la porte et les volets clos de la maisonnée. La nuit était tombée.
 
Image
 
Toc.
Toc. Toc.

Un, puis deux puissants coups résonnèrent sur la porte en bois de la masure. Surpris, je hélais un « Qui est là ? ». Une voix féminine me répondit, demandant l’abris pour la nuit. J’ouvris la porte. Dans son entrebâillement, je vis trois voyageurs détrempés : deux femmes et un tout jeune garçon. La première des deux femmes était jeune et jolie. Ses cheveux blonds et son teint clair me firent immédiatement songer à une femme de la région. Néanmoins, elle portait une armure inhabituelle pour les locaux. Elle était une guerrière comme l’attestait l’épée battant son flanc. Son physique contrastait fortement avec celui de ces deux compagnons. L’un des deux était une vieille femme au visage buriné, d’une peau sombre et tannée. A l’évidence, elle était originaire de l’Est lointain, au-delà des grandes plaines bordant la vaste Forêt Noire, de ces terres éloignées dont je ne savais que peu de choses. Elle tenait par l’épaule un jeune garçon de dix printemps, douze tout au plus. L’enfant était assurément de la même ethnie que sa protectrice, sa peau était tout aussi foncée, ses cheveux fins coupés courts. Tous deux étaient vêtus d’habits amples et chamarrées, inhabituels pour notre contrée. Je m’écartais et les invitais à entrer. Je nous présentais et, la jeune guerrière fît de même. Elle se nommait Athala, la vielle femme Nazhin et le garçonnet Sanjar. Tous trois vinrent se réchauffer près de l’âtre rougeoyant. Le jeune enfant détonnait par sa démarche gracieuse et sa posture élégante. Ses manières étaient celles d’un nobliau. Malgré sa fatigue évidente, telle une nourrice attentionnée, Nazhin prenait grand soin de lui et s’attardait sur de vilaines blessures situées à la base du cou de son jeune protégé. Beleg, en bon guérisseur, le constata et proposa son aide.

Comme nous le confia Athala, nos trois visiteurs voyageaient vers Rhosgobel. Elle cherchait un refuge pour ses deux compagnons de route. Ils fuyaient l’Est. Ils fuyaient leurs persécuteurs, ceux qui avaient pris le pouvoir de leurs terres en chassant les vieilles aristocraties, ceux qui vénéraient le grand œil. A ses yeux, les Hommes des Bois combleraient ses attentes sécuritaires car elle avait confiance en eux. Elle nous avoua alors être une Leofring. Ce peuple nomade était des éleveurs et avait lié amitié avec les Hommes des Bois. Sur leurs chevaux, ils suivaient les pâturages d’estive le long de vallons, au sud de l’Anduin. Mais, quelques années avant la mort de Smaug, les orques et les Hommes de Dol Guldur les pourchassèrent et les exterminèrent pour leurs montures. Les survivant traversèrent la grande rivière et fuirent vers le Champ de la Celebrant, lieu d’une grande bataille passée. Ainsi disparurent les Leofring des rives de l’Anduin.

Sanjar dévoila ses blessures à Beleg. Des zébrures avaient meurtri les chairs de son dos. Le pauvre enfant avait été le martyr de ses bourreaux. L’Ombre sévissait partout, même dans l’Est lointain. Sa barbarie était sans limite. Tout d’abord inquiète, la vielle femme se détendit lorsqu’elle perçut les bonnes intentions de mon ami et comprit l’apaisement de Sanjar. Le jeune garçon remercia curieusement Beleg en lui prenant délicatement sa main secoureuse et en l’embrassant. Un silence s’imposa. Le feu crépita à nouveau et je rassasiais son appétit en lui livrant une bûche.

Attendri par nos voyageurs, Vannedil leur proposa de cheminer ensemble vers Bourg-les-Bois dès le lendemain et de leur présenter, là-bas, qui de droit pour les aider. Beleg interrogea alors Athala et lui demanda de nous conter comment une si jeune Leofring avait atteint cet Est lointain des rives de l’Anduin. Curieusement, Athala ne rechigna pas aux confidences : « Je ne suis pas venu dans les Terres Sauvages uniquement pour trouver un refuge. J’ai ici une vengeance à accomplir. J’avais six ans lorsque mes parents furent tués puis, capturée, je fus vendue comme esclave à la famille de Sanjar. Dans mon malheur, la chance m’a souri car l’on m’a traité dignement et enseigné l’art martial pour devenir un protecteur émérite. Je n’ai malencontreusement pu sauver que Sanjar et sa nourrice parmi les siens de l’assaut qu’ils subirent. Puis, nous avons fui vers l’Ouest à la recherche d’un havre. Mais ici, je me dois aussi de tuer un homme. Ma famille fut massacrée par des orques mais aussi par des hommes encore plus cruels qui avaient vendu leur âme au Nécromancien. L’un d’eux, leur chef, un jeune homme – peut-être plus jeune que je ne le suis à présent –, a occis mes parents de sa propre épée. Il s’est délecté de son acte assassin et jamais je n’oublierai son visage résolu. Ses yeux d’un bleu glacial, son front haut, sa courte barbe sombre, sa grande taille, tous ces détails sont marqués profondément en moi. Ce monstre sans pitié hante mes jours et mes nuits depuis lors. Désormais, il doit être âgé d’une quarantaine d’années. S’il vit toujours, je saurai le reconnaître. Je le trouverai et le tuerai de ma lame aussi froidement qu’est son métal. Après cela, je n’aurai plus qu’un désir : retrouver mon peuple, tous ceux qui vivent encore. ». Lorsqu’elle se tut, je croisais le regard de mes amis. La description d’Athala ne laissait aucun doute dans nos esprits, Morgdred était sa vengeance. Devions-nous lui dévoiler cette identité ? Nous faire complice d’un assassinat ? La soirée s’égraina, silencieuse.

Nous partîmes à l’aube. Le soleil avait repris ses droits et émergeait derrière un rideau nuageux éphémère. Il réchauffait le sol détrempé et ses rayons réfléchissaient leur lumière sur les myriades de flaques éparses. Celles-ci miroitaient sur le chemin étroit où nous cheminâmes pour rejoindre celui, plus large, menant à Bourg-les-Bois. Arrivé au village, je bifurquais et abandonnais mes compagnons de route pour rejoindre ma famille. J’avais hâte de les retrouver – Sus-je que mes heures avec ma Beranhild étaient dorénavant comptées ? Était-ce une prémonition ? Peut-être – et je savais aussi Sanjar et les siens en bonnes mains. Mais avant de nous séparer, j’échangeais avec mes deux amis sur Athala et ses ambitions vengeresses. Nos avis divergeaient. Je poussais pour la patience et la sagesse, de ne pas précipiter la jeune femme contre Morgdred. Laisser le temps faire son office, attendre l’occasion d’une rencontre. Beleg prêchait pour mettre au grand jour les méfaits méprisables de cet homme. Si Athala disait vrai, celui-ci était un agent de l’Ennemi. Lors du Conseil du Nord, il avait lui-même dévoilé être un ancien prisonnier des geôles de la Colline du Tyran. Beleg me rappela notre expérience dans celles de Dol Guldur. Être aux mains de l’Ombre meurtrissait inévitablement et durablement son âme. Quand bien même y subsistait-on, comment ne pas avoir son cœur irrémédiablement noirci ? Vannedil suggéra de précipiter une rencontre fortuite avec Morgdred, qu’Athala puisse le dévisager, l’identifier. Cette option était périlleuse. Ne serait-ce point-là jeter la jeune femme dans la gueule du loup ? Espionner Mordred dans sa forteresse. Comment ? Pousser Athala à rejoindre les terrassiers de la vielle route naine ? Assurément trop dangereux pour sa propre existence, surtout que nous la savions éprise de vengeance irrépressible. Certes, nous voulions l’aider pour qu’elle puisse confondre Morgdred de sa félonie aux yeux de tous mais nous divergions sur la méthode. Nous en restâmes à nos interrogations lorsque je les quittais au bout du trajet.

Puis, Beranhild s’en fut. Une fièvre printanière l’emporta. Paisiblement, elle ferma ses yeux à l’aube d’un matin pluvieux. J’eus le cœur triste et noué. Je me désengageais des préoccupations alentours pour me recentrer sur ma fille. Je sus néanmoins que nos visiteurs d’un soir furent recueillis amicalement à Rhosgobel, qu’ils trouvèrent enfin refuge dans leur fuite. Beleg consulta Radagast mais notre indécision sur l’aide à apporter à Athala demeura. Mais en l’état, ma tristesse éclipsa tout autre sujet de mes pensées et ces préoccupations me parurent futiles.
 
Image

à suivre...   
Dernière modification par Carfax le mar. févr. 23, 2021 3:10 pm, modifié 3 fois.
Un billet sur Un surnom vaut mieux que deux tu le sauras  est toujours un petit plus sympa !

Star FACES mouture JEDI, on y travaille ici !

J'ai narré sur CNO Le vent se lève... puis Les 5 supplices revisités 
Je conte désormais les Aventures d'un dunedan en Terres Sauvages
 
Avatar de l’utilisateur
AsgardOdin
Cardinal
Messages : 520
Inscription : sam. janv. 12, 2019 3:32 pm

Re: [CR][AiME] Aventures d'un dúnadan en Terres Sauvages

Message par AsgardOdin »

Puis, Beranhild s’en fut. Une fièvre printanière l’emporta.  :cry:
--
Récemment bombardé Responsable éditorial du Nonobstant Café !
Douglas MacArthur : "Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme."
Répondre