Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Critiques de Jeu, Comptes rendus et retour d'expérience
Avatar de l’utilisateur
Sakagnôle
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2614
Inscription : jeu. nov. 05, 2015 11:18 am

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Sakagnôle »

Vendredi soir, en attendant le Haque de l'Epée Noire en VF avec le Crieur du Chaos pour continuer ... j'ai lancé une campagne flash.... (gordon) ;)

Au départ je voulais faire jouer la campagne impériale "rédux" en 4 sessions de 3h mais..... elle est pas ressortie entièrement en V4 VF et j'avais la flemme (grand bien m'en a pris... un de mes joueur la joue sérieusement par ailleurs, je m'en aurais voulu de l'avoir spoilé)

Invitant mes joueurs à une partie de Abstract Donjon dans les Royaumes Oubliés... je leur ai demandé de créer un personnage médiéval fantastique.

Or, mon plan diabolique s'est refermé sur eux lorsqu'en réalité et contre toute attente, il se sont envolés dans l'Espace Sauvage pour entamer la campagne Spelljammer  Light of Xarississs, Light of Xaryksis.. Light os Xaryxis (ouf!) celle de Spelljammer 5e!

Nous jouons sous Miro et j'avais préparé un joli board Waterdeep avec des cartes et des ambiances et au bout d'une heure de jeu, vlan, tout est parti à la poubelle virtuelle et j'ai pu dégainer fiches de personnages, de vaisseau et d'ambiance Spelljammer.

Abstract se prête magnifiquement à Spelljammer et en 2h30 on a fait la partie 1 de cette campagne (qui en comporte 4 soit 3 actes sur 12) avec le scénario d'intro in media res; une bataille spatiale et un donjon/vaisseau abandonné, le tout version Abstract (le vrai jeu fun fast and furiousse)

Je confesse ici une faiblesse, j'ai mal dosé mon pool de dés et à la fin de l'aventure les héros étaient trop vaillants... on va dire que c'était une mise en jambe; en tout cas le système a bien été pris en main par les joueurs, mon organisation Miro est excellente, le système s'adapte à la volée!

Je me suis amusé comme jamais à prépare cette session. Je suis novice à Spelljammer et du coup pas nostalgique de la version ADD2, donc cette mouture 5e me va parfaitement, en plus avec un peu de travail et un passage au mixeur abstract la campagne a l'air sympa!

Bref, vivement la suite!

 
Vous ne l'avez sans doute pas remarqué mais j'ai changé mon avatar!
Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5627
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Gridal »

Cuchurv a écrit : lun. juil. 01, 2024 5:27 pm
Gridal a écrit : lun. juil. 01, 2024 5:24 pm
Cuchurv a écrit : lun. juil. 01, 2024 1:07 pm Le seul défaut : une marge de 0 devrait plutôt être un "oui mais" plutôt qu'un "non"; J'ai suggéré cette idée à notre meujeu mais il y est pour l'instant hermétique. :neutral:
Dans les versions récentes des règles, une marge de réussite de 0 équivaut à une réussite normale, autrement dit il faut obtenir un score inférieur ou égal à la valeur du Test plutôt que strictement inférieur comme dans les versions plus anciennes.

Ah merci ! :yes:  Je vais aller immédiatement me plaindre à mon meujeu. :)
Tu peux trouver la dernière version des règles (sans compter celle du HS de Geek magazine) sur le groupe facebook officiel du jeu. C'est la v8.46-07 datée de septembre 2023.
Avatar de l’utilisateur
Cuchurv
Evêque
Messages : 497
Inscription : mer. févr. 19, 2020 11:29 pm
Localisation : faubourg est de Paname
Contact :

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Cuchurv »

Mon Meujeu (qui est fourbe comme tous les MJ) m'a rétorqué que les personnages sont plus faibles dans la dernière édition et en effet, niveau énergies et règnes c'est peau de chagrin comparé à Sang Dragon par ex.
Mais je vais quand même négocier pour obtenir un "oui mais" à un MR de 0 :twisted:
Avatar de l’utilisateur
Gridal
Dieu d'après le panthéon
Messages : 5627
Inscription : jeu. août 17, 2006 8:13 pm

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Gridal »

Oui ce décalage de la MR s'accompagne d'autres modifs, comme la valeur de Test des PNJ ou les règnes qui ont été remplacés par les Cibles, avec des scores plus faibles.
Avatar de l’utilisateur
Charly Dean
Dieu des mickeys
Messages : 3518
Inscription : sam. mars 12, 2005 1:47 pm
Localisation : Seine et Marne

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Charly Dean »

Ce soir, nous avons joué à Factotums! Le jeu de Shlopoto!
Je voulais lui rendre hommage en proposant des parties de ses jeux. L'annonce de son décès m'a fichu un sale coup.
Bref, je pense pouvoir dire que nous lui avons rendu un bel hommage à travers cette partie.
Nous avions trois joueurs, dont un pour qui c'était la première partie de jdr de sa vie (beau défi pour lui^^)
Ainsi, nous avions Monsieur Richard, Monsieur Wolf et Monsieur Prévert, trois factotums recrutés par le directeur de l'Agence, Monsieur N. dont le travail consiste à remplir des missions qui vont améliorer significativement l'état du monde (Et ce, même si les PJ et les joueurs ET le MJ ne savent pas en quoi leurs actes vont améliorer le monde)!
Ainsi, ils ont dû forcer Patrick Sébastien à recevoir une médication (je reste poli, mais sachez qu'il était question de 17 suppositoires), puis ils ont réalisé un Croconapping menant vers du Bobsleigh sur le Mont Blanc, puis, enfin, mettre un nez rouge à la Joconde.
Bref, nous avons bien ri tandis que les personnages révélaient des facettes de leurs vies respectives pour franchir des obstacles...
Ainsi, Monsieur Wolf a falsifié des papiers d'identité pour faire croire à un problème sanitaire en Floride (vous saviez que les crocodiles peuvent être victimes de la grippe aviaire?!), mais il a aussi réussi à faire passer ses camarades et lui-même pour des experts au Louvre.
M. Prévert de son côté a pu apaiser Patrick Sébastien via l'acupuncture, mais aussi neutraliser Leonardo Da Vinci par sa maîtrise du Kung-fu.
M. Richard, en bon vendeur de Tupperware, a pu convaincre ses interlocuteurs (souvent pour entrer dans des endroits interdits), mais a surtout profité du fait qu'il était membre de l'équipe de Track and Field à Yale pour rattraper la Joconde qui s'enfuyait en courant...

Bref, une partie qui va me marquer longtemps... On a bien ri, chacun apportant sa touche à ces magnifiques missions ayant contribué à modifier, ostensiblement, l'état du monde.
Tout cela en faisant montre de classe et de politesse, évidemment. Il ne pourrait pas en être autrement pour des membres de l'Agence...
J'ai eu la chance d'avoir des joueurs exceptionnels !

Les jeux de Shlopoto, c'est toujours du pur bonheur !
:rock Joueur jusqu'au bout des globules :rock
Avatar de l’utilisateur
Erestor
Dieu des VRP de DW
Messages : 4511
Inscription : sam. nov. 05, 2011 2:54 pm

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Erestor »

Charly Dean a écrit : mer. juil. 03, 2024 12:34 am (...)
Les jeux de Shlopoto, c'est toujours du pur bonheur !
Ouais grave ! :bravo:
...
Merde. :cry:
As the long departed Commissioner Three-horn famously said on many occasions: "This is Blood Bowl, buddy, anything could happen!".

Jes mi ridas, kiam mi aŭdas : "mi konas ; sed mi petas". :oops:
Avatar de l’utilisateur
Charly Dean
Dieu des mickeys
Messages : 3518
Inscription : sam. mars 12, 2005 1:47 pm
Localisation : Seine et Marne

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Charly Dean »

J'ai fait une partie de découverte de Macadam fairies.
Sans surprise c'est très sympa.
Le background semble intéressant et amène des choses cool à jouer.
Le système permet de bien s'amuser avec le pollen et les émotions des humains. On a rigolé et on a fait de belles actions...
Et évidemment, les Fairies, ça va permettre de jouer sur un format 'monstre de la semaine bien sympa ..
Bref, j'suis content d'avoir participé à cette souscription !
:rock Joueur jusqu'au bout des globules :rock
Avatar de l’utilisateur
Saarlander
Prêtre
Messages : 395
Inscription : sam. avr. 28, 2007 2:07 am
Localisation : Vitesse de libération dans 5... 4...

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Saarlander »

La semaine dernière, j'ai fait un peu le psychopathe, en faisant jour 5 jours sur 7... Ca a été excellent, mais définitivement, je n'ai plus vingt ans. A la fin, mon cervelet était cuit à point.
8)7

Donc, dans le désordre:
* Deux parties de Black Sword Hack, (avec ma mésinterprétation des règles qui sont devenues des house rules, pour, en une 15aine d'heures, boucler un gros scénario qui était très ouvert, et encore une fois une chance insolente de mon joueur, notamment sur les dé d'usage, ce qui lui a permis de raffler un autre happy end... à force, je vais finir par lui sortir un dragon momifié ou une autre saloperie de ce genre, qui se foutra de la diplomatie et du shamanisme :rock

* Deux parties de The Hero Alternative, qui n'ont pas révolutionné mes playtests, mais ont été très sympa à jouer. Pour les deux tables, on joue une articulation de story-arc histoire d'introduire un peu de changement dans les thèmes et les personnages. Ca se passe dans la douceur, les changements de niveaux de puissance et les super-pouvoirs et autres gadgets relevant du narrativium pur... Au final, je pense pas que ce jeu a vocation a faire des miracles, mais comme il correspond pile-poil à ma façon de maîtriser, je suis content et je continue. :D

* Et enfin, la reprise d'une campagne d'espionnage contemporain, qui avait commencé il y a 15 ans sous Spycraft V.1, puis a été bricolée de toute part, mais dont le système ne correspondait en fin de compte plus aux attentes de la table, donc je l'ai passée au mixer du 24XX avec des morceaux de différents jeux que j'ai pu lire sous ce système, et comme on joue surtout au player skill et sans jeter beaucoup de dés, ça devrait bien marcher...

Bon, maintenant, repos de la tête, avant de voir ce qu'on va faire cette semaine...

Tableur en cours de mise à jour...
(J'ai mis mon hack spycraft/24XX sous Hack/Jeu maison/amateur, je pense qu'il a encore vocation à muter)
"War is not about who is right,
It's about who is left..."


"The Hero Alternative", un jeu de super héros gratuit basé sur 24XX https://saarlander.itch.io/the-hero-alternative
Avatar de l’utilisateur
Snorri
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2601
Inscription : lun. oct. 06, 2008 4:31 pm
Localisation : Lille

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Snorri »

Nouveau playtest de Picaresques, ce dimanche, pour ne pas voir passe le temps entre le vote et les résultats.

Comme je manquais de temps pour préparer, j'ai opté pour un classique de mon cri, L'escapade de Telenaïs, en version courte.

Au casting :
- Orgon, ancien gendarme au bon coeur sous son allure bourrue (joué par D, mon amoureux.se).
- Ormina, pieuse aristocrate en exil (jouée par M, l'amimoureux de D.).
- Belina, astrologue lunaire (jouée par J., une amie dont c'était le premier JDR).

Chassées par la guerre dans le petit duché de Prisma (une situation née d'une précédente session de Picaresques), les personnages cherchent à retrouver une position sociale digne en se faisant remarquer de l'une des grandes familles de Bracce.

Spoiler:
A la sortie de l'opéra, la provocation en duel de Sanela à l'encontre de Telenaïs, sur fond de rivalité pour la main de Mateo, tous trois issues des familles les plus puissantes de la cité, fournit au groupe l'occasion de se mettre en valeur.

Orgon se propose d'entrainer Telenaïs pour le duel, tâche ardue puisque a jeune fille est d'une rare inaptitude aux armes alors que sa rivale est une bretteuse accomplie. Le risque d'une blessure mortelle est grand.

Mateo, qui cherche à échapper au mariage avec Sanela arrangé par leur mères, suggère aux personnages, si aucun progrès n'est constaté, de l'aider à enlever Telenaïs pour l'emmener à la collégiale de Chieso, où l'on peut se marier dans l'autorisation des parents.

Telenaïs se retire avec sa cameriste pour mettre une tenue plus pratique pour l'entraînement. Mais elle est enlevée dans sa chambre, alors que, selon ladite cameriste, elle se changeait derrière le paravent. Une échelle se trouve contre la fenêtre et on a vu des moines fuir vers la porte basse.

Matteo, plus ou moins ivre à la terrasse d'un café, jure qu'il n'y est pour rien. Les personnages enquêtent à la porte basse et découvrent que, déguisés en moines, Telenaïs et Giandrio, un jeune homme d'une famille rivale, se sont enfuis pour prendre une diligence en pleine nuit.

Les personnages songent d'abord à voler - réquisitionner, disent-ils - des chevaux pour poursuivre la caravane. Pour se donner du courage, Ormina sort son image pieuse (l'un de ses objets fétiches, qui a donc un rôle mécanique). Les dés indiquent une catastrophe : Ormina sent que ce vol serait une offense à sa foi et refuse catégoriquement.

Du coup, les personnages réveillent le maître du relais de caravane au nom de Mateo Sangio - dorn le nom est un passe-partout en ville. Munies de chevaux, elles filent dans la direction suivie par la diligence. Arrivées à un carrefour, Belina consulte sa boussole (l'un de ses objets fétiches), obtient une prouesse, puis décide d'aller en direction de Chieso .

Peu de temps après, à l'occasion d'une pause, elles entendent des chevaux derrière elles. C'est le fiacre de Mateo, qui a appris la réquisition des chevaux et s'est décidé à les rejoindre. Quand il apprend que c'est Giandrio qui file vers Chieso avec Telenaïs, il refuse d'y croire, couvrant son rival de tout les quolibets.

Profitant de l'intermède, Ormina, qui a récupéré l'une des robes de bure abandonnées par les faux moines, en profite pour se déguiser en moine. Les dés ayant indiqué une prouesse, Mateo n'y voit que du feu et décide de confier ses états d'âme à un sage avis religieux.

Arrivées à Chieso, le groupe se précipite dans la collégiale, les cloches ayant commencé à sonner. Elles découvrent une cérémonie en cours et Giandro qui attend la mariée, laquelle, dans une sacristie, hésite entre deux robes pour son mariage improvisé.

L'arrivée d'Ormina vêtue en moine dans la collégiale provoque un nouveau jet de dés, qui obtient un magnifique Retournement de situation : les ecclésiastiques présents la prennent pour un abbé de haut rang et l'invitent à s'assoir sur le siège réservé dans le chœur.

Les autres aperçoivent la cameriste de Telenaïs, comprennent que celle -ci les a berné en favorisant la fuite de sa maîtresse, et l'a rejoint dans sa fuite. Ils discutent avec Telenaïs, qui demande d'abord leur avis sur le choix de la robe, puis lorsqu'elle découvre que Matteo est là, sur le marié à choisir.

Visiblement, préparée dès l'enfance à l'idée d'être un instrument d'alliance entre familles, l'idée d'un mariage ne lui déplaît pas, mais les prétendants ne l'enthousiasment pas, même si elle les trouve gentils.

Pour dénouer la situation, Ormina a soudain une idée. Profitant de l'enthousiasme que provoque sa présence, et soudain baignée d'un élan mystique, voir d'une vocation ecclésiastique, elle faut signe à Matteo de s'approcher de l'autel, où se trouve déjà Giandrio. Puis, dans un geste solennel, elle joint leur main pour les unir en mariage. Sur cette manœuvre audacieuse, les dés donnent un nouveau retournement : les deux jeunes hommes découvrent que cette union est une évidence qu'ils ne s'étaient pas avoués, et s'embrassent tendrement.

Rideau.

Mon bilan comme MJ : une fois de plus, le système de Picaresques fonctionne très bien pour atteindre son objectif, engendrer des rebondissements théâtraux et laisser les personnages mettre en place des stratagèmes pour se sortir de situations boiteuses.
Petit regret, je n'ai pas pu tester la dernière version du système d'échaufourrées - j'ai tellement l'habitude des scénarios et des joueuses pacifiques.
Editions Hobg | Livres & jeux de rôle. Prochaine sortie : Picaresques, un jeu d'aventures rustiques & d'horreur baroque. 
Avatar de l’utilisateur
kridenow
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2493
Inscription : dim. juil. 17, 2011 3:17 pm
Localisation : Banlieue Parisienne

Re: Outgunned

Message par kridenow »

Je viens de terminer une partie de Outgunned.
Le thème était la violente prise de contrôle d'une corporation soutenant l'effort d'un superhéros masqué (un peu à la WayneTech, évidemment).
L'histoire s'inscrit dans le cadre de ma meta-campagne à fonds superhéroïque (cela a un léger intérêt ici).

Après avoir été joueur à Outgunned et pensé que j'étais passé à côté du système, j'ai décidé de maîtriser le jeu afin de devenir un meilleur joueur (ou au moins, un joueur qui connaît mieux les règles).
Ma lecture de Outgunned a été satisfaisante même s'il y a une paire d'imprécisions (dans la version anglaise), j'ai toutefois terminé cette lecture avec la conviction que Outgunned marche bien tant que l'on alimente le jeu avec de l'action.
Enfin, pour cette partie, je n'ai qu'un seul joueur donc j'applique la règle en fin de bouquin appelée "One Hero Army".

J'ai donc construit mon histoire autour de scènes d'action, en démarrant avec In Media Res (c'est d'ailleurs suggéré par Outgunned dans "Establishing Shot" / Démarrer une mission) et en ne prévoyant aucun répit au personnage. le but est d'enchaîner les scènes d'action avec des scènes de transition courtes voire juste descriptives.
Je veux aussi faire une scène où le personnage peut s'équiper, elle servira de charnière dans l'histoire.
Ainsi, il y aura globalement 2-3 scènes où le personnage fait le pompier à limiter la catastrophe, une bascule où l'intrigue se révèle et le personnage prend l'initiative, puis 2-3 scènes d'action pour clore.

Dès le départ, j'envisage une scène type poursuite. Outgunned propose des règles de Chase (poursuite). J'avais juste négligé (et pourtant, je sais... à chaque fois, c'est pareil, c'est toujours comme ça...), j'avais négligé que face à un danger le but du joueur n'est pas de fuir dans une scène de poursuite, c'est d'éliminer la menace, toute la menace, en lui éclatant la tronche.
C'est (évidemment) renforcé par le ton Outgunned (Outgunned, tout est dans le titre non ?).

Ma scène de poursuite avec armes à feu (le personnage dans une voiture poursuivi par deux motards et un hélico, sur l'autoroute quittant un aéroport) foire donc immédiatement.
Pas à un seul moment le joueur n'envisage de se mettre à l'abri, semer les poursuivants, chercher un endroit où l'hélico ne peut plus le suivre. Comme je dis toujours: "un PJ, ça ne cède pas, ça ne recule pas, ça ne se rend pas, ça ne fuit pas, ça pratique la terre brûlée".
Exit les règles de Chase.

Les trois premières scènes d'action (un échange de tirs sur l'autoroute puis deux scènes Piège de Cristaliennes de baston dans les étages d'une tour corporatiste) se font face à des ennemis de types Goons uniquement.
Le jeu propose de customiser les ennemis (même les goons, des sbires) avec de petites capacités spéciales. La liste est assez efficace, pas très étendue et suffisante. Les ennemis majeurs de l'histoire peuvent avoir aussi des actions qui se déclenchent lorsque certains seuils sont atteints.
Ces deux choses (les capacités spéciales, les actions déclenchées), couplées avec la ventilation des ennemis en trois groupes (goons, bad guys, bosses) permet de créer des ennemis variés tout en évitant de créer ces ennemis de manière détaillée.
Les ennemis sont ainsi définis en gros par un niveau de menace (en attaque, en défense), ces capacités (s'ils en ont) et combien de kilos de plomb ils peuvent encaisser.

Le fait de ne placer que des goons (et d'un niveau de menace faible) dans la première moitié de l'histoire est encouragé par le jeu (qui suggère de monter le niveau de menace une fois le "turning-point" atteint, soit typiquement la moitié de l'histoire).
Cela a un bénéfice assez évident. Le joueur a pu estimer les capacités de son personnage sans être placé dans des situations décisives. Et aussi, malgré l'intensité dramatique à ce moment de l'histoire et les dizaines de balles qui volent, il est assez improbable que cela prenne du temps et que le personnage dépense des ressources qui vont lui manquer plus tard.

Au cas particulier, le personnage a littéralement roulé sur l'opposition. Même sans utiliser la règle du "One Hero Army" qui permet deux actions consécutives. Règle que nous avons en fait vite oublié avant la fin de la première scène (mais qui reviendra avant la fin de la partie).
Le rythme est rapide, les groupes d'ennemis étant traités comme une menace unique.

Comme tous les dommages sont exprimés en baisse de "Grit" (du "cran"), le MJ a toute latitude pour décrire comment la baston se passe, combien d'ennemis tombent et lesquels etc...
Cela me permis de faire des descriptions adaptées au niveau de réussite du personnage. Je ne réalisai pas alors que cette liberté narrative allait devenir un piège dans la dernière scène de la partie :)

La première partie, bastons sur autoroute et dans une tour corpo, fut ainsi expédié assez vite. Le système marche bien, les règles sont souples.
Le joueur risque de s'appuyer sur la combo optimale en permanence pour son pool de dés mais ce n'est pas pire qu'un perso taillé sur mesure pour réussir une action (la baston, l'infiltration, le pilotage etc).

Là, j'oriente la partie vers le "turning point", le moment charnière où l'histoire bascule sur l'initiative du joueur (là où le personnage subissait et faisait le pompier dans toute la première partie).

C'est aussi le moment où le personnage peut se rééquiper (la gestion du matos reste simple, voire simpliste, dans Outgunned mais c'est à mon sens un choix efficace vu le style du jeu).
Et le moment où les choses vont se corser.
À noter que, à part au tout début, où je précisais que tirer au pistolet sur un hélico trop loin venait avec un malus, nous avons juste négligé de réellement nous attacher au matériel. Foncièrement, les armes de Outgunned sont peu différenciées, elles ont des différences circonstancielles qui peuvent, globalement, être ignorées.

Outgunned a une échelle "meta" appelée Heat (l'intensité ou le niveau d'emmerdes à venir). Cette échelle, de 1 à 12, grimpe lorsque les joueurs arrivent au "Turning-point", lorsque l'opposition prend l'avantage ou, plus communément, lorsque les joueurs prennent les mauvaises décisions ou glandent.
Ce dernier point sera probablement difficile pour certains MJ. Parce que cela revient à pénaliser, réellement, le groupe pour de mauvais choix, or ces mauvais choix induisent souvent déjà leur propre pénalité. Ensuite, cela revient à considérer qu'il y a "la bonne manière de jouer l'histoire" et "la mauvaise" où on pénalise les joueurs lorsqu'ils s'écartent des rails.
Ce n'est, à mon avis, pas le but de l'échelle de Heat mais cela risque de devenir un instrument injuste.
Cela peut donc être un outil mal-aisé à manipuler. Cela va dépendre fortement du MJ et du groupe.
Cette échelle, lorsqu'elle atteint certains paliers (6, 9 et 12) vient modifier quelques paramètres du jeu, pratiquement totalement en défaveur des joueurs.
Fort heureusement, vous pouvez même l'ignorer, le jeu tournera quand même.
(il me semble assez probable que l'échelle de Heat fut conçue essentiellement pour les histoires de cambriolage/casse (heist) où son application est un peu plus facile car l'histoire est plus cadrée, où, par exemple, "perdre du temps à" est objectivement une mauvaise idée lorsqu'on est dans la place et qu'on a que 6mn 12s avant que l'alarme soit donnée)
Une fois le turning-point passé, le personnage sait quel est son nouvel objectif, a compris qui est le méchant, l'enjeu etc.

Pour la seconde moitié de l'histoire, l'opposition est plus sévère. Même les goons ont un niveau de menace plus élevé.
Comme les situations sont plus intenses, j'ai particulièrement apprécié la règle du Gamble. C'est très simple: dans les situations chaotiques ou dangereuses, ou bien si le joueur prend des risques, lorsqu'il met en jeu un peu plus afin d'obtenir un meilleur gain etc etc... alors le personnage obtient 1D de plus au pool mais va perdre du Grit sur chaque 1 sorti avec son tirage (le jeu se jouant avec des d6).

Ce qu'il y a de très bien avec cette petite règle, c'est que cela permet de gérer des situations où le MJ est partagé sur quel niveau de malus donner à une action audacieuse, sans vouloir trop pénaliser le joueur (sinon plus personne n'essayera) mais quand même sans accorder la victoire trop facilement.
Ici, le système s'en charge et donne donc un résultat objectif, si aléatoire.

Par exemple, le personnage descend en skiant sur une pente, pourchassé par d'autres skieurs et tout le monde échange des tirs en plus... et là le joueur décide de passer à travers la forêt de conifères à flanc de montagne, en espérant perdre ses poursuivants, se protéger des tirs et peut être qu'un ou deux ennemis se bouffera un sapin?
Là, le jet est un Gamble, le joueur se rajoute un dé (ouais!) et perd un Grit sur chaque 1 qu'il tirera (booohoo!). Charge ensuite de créer la narration qui correspond au résultat.
Au final, le dé bonus peut permettre d'emporter la victoire mais le personnage peut sacrément morfler si cette victoire est basée sur des tirages de 1.
Comme Outgunned se base sur la sortie de séries (deux , trois, quatre résultats identiques), il y a une justice car plus le joueur sort de 1 (et donc plus il va perdre de Grit) plus son niveau de succès augmente. S'il perd 4 grit, il aura bien morflé mais obtient un succès Extreme. C'est bien pensé car il ne peut pas y avoir de "j'ai ramassé beaucoup pour aucun résultat parce que j'ai pris un risque".
C'est une mécanique idéale pour gérer toutes les actions bordéliques où le héros saute à travers une vitre tout en tirant avec deux flingues pour libérer son pote de ses liens (ce que mon joueur a, d'ailleurs, fait durant la partie).
Dans la partie, lorsque le joueur a utilisé (généralement à cause des circonstances) un tirage avec Gamble, le personnage a subi 1 ou 2 points de dommage au Grit, au pire, parfois rien.

L'Adrenaline est une autre ressource du personnage. Le joueur la dépense pour acheter un dé pour le pool, en plus. C'est un coup de pouce bienvenu plus utile qu'il n'y paraît car un dé de plus, avec la mécanique de re-roll, cela augmente sensiblement les chances de succès.
À noter que lorsque le personnage s'est fait casser les dents (plus de Grit), il regagne immédiatement 2 Adrenaline, permettant une sorte de baroud final, voire de l'emporter sur le fil (arriver à 12 en Heat accorde aussi 1 Adrenaline à tout le monde).
Comme tous les systèmes avec ce genre de ressources meta, il faut que ça entre et sorte. Les joueurs doivent la dépenser (aucun intérêt à la stocker) et le MJ doit penser à en accorder.
Si le MJ est assez généreux, les joueurs hésiteront moins à dépenser l'Adrenaline et le jeu tournera comme prévu. Il vaut sans doute être trop généreux avec l'Adrenaline que pas assez.

Dernière ressource des joueurs, le Spotlight.
C'est la ressource ultime, les personnages en ont un pour démarrer (deux en "One Hero Army") et peuvent en accumuler jusqu'à trois chacun.
À part pour des usages "réactifs" (sauver un pote, sauver son véhicule, enlever une condition (un état négatif), l'usage standard sera d'obtenir une réussite Extreme automatiquement.
L'usage d'un point de Spotlight est d'autre part soumis à un tirage et une fois sur deux, vous gardez le point (qui n'est donc pas, en fait, dépensé) (sauf si c'était pour sauver un pote, où c'est automatiquement perdu).

Comme je n'avais qu'un seul personnage (avec 2 Spotlight), je sais qu'il peut "acheter" deux réussites automatiques (bien qu'il existe une difficulté "Impossible" au delà de Extreme, il n'y en aura pas dans l'histoire). Le personnage en gagnera un troisième en cours de partie.
Ils seront finalement utilisés afin de régler une situation qui glissait vers une issue défavorable. Et le joueur oubliera son troisième point jusqu'à la fin.

Le Turning-point étant passé, j'augmente le niveau de menace pour tout le reste de l'histoire (je me suis même corrigé en me forçant à rehausser la menace).
Si les goons/sbires du début forment une menace Basique en début d'histoire, des goons/sbires forment maintenant une menace Critique. Et ils ont + de Grit.
Une menace plus haute, un peu plus de Grit, une capacité spéciale plus méchante et dès le premier conflit, le personnage qui avait roulé sur toutes les menaces de la première partie commence à être en difficulté.
Les mises en scène créent des situations plus tendues, appelant aussi à utiliser l'option de Gamble, ce qui aide le joueur mais risque de lui plomber son Grit.

Les scènes s'enchaînent, le personnage garde malgré tout un haut niveau d'action, la menace grimpe encore et pour le final, face à un "Bad Guy" (y a encore plus fort, le Boss), le personnage termine sur les rotules.

La gestion du Grit tout au long des conflits est simple et le personnage en regagne facilement. D'ailleurs, c'est à garder à l'esprit en structurant son histoire. La fréquence, ou l'absence de "time-out" soit de scène où les personnages vont pouvoir souffler un peu risque d'être décisif dans la partie.
Plusieurs time-out, les personnages arrivent gonflés à bloc de Grit, n'ayant peut-être que les conditions précédentes qui les handicapent.
Dans ma partie, il n'y a eu qu'un Time-out lorsque du moment charnière/turning-point.

Les conditions sont une autre bonne idée du jeu. Ce sont des effets négatifs associés au personnage. Il est fatigué, blessé, nerveux... et chaque condition vient avec un malus à un certain type d'action.
le point positif est que l'on a pas un malus universel ("tu atteins tel palier de dommages, tu as -4 à absolument tout"). Si vous êtes Distrait, vous avez un malus aux action de Focus mais ça ne change rien à votre capacité à poutrer les ennemis. Si vous êtes Blessé, cela nuit à vos actions physiques mais pas à votre capacité à être discret. Si vous avez L'air d'un Imbécile, ça va être moins facile de baratiner votre interlocuteur mais pas de désamorcer une bombe.
Cette différenciation, inattendue dans un jeu simple, permet de bien gérer les conséquences d'un conflit perdu ou lorsque les personnages perdent du Grit. Ils vont gagner une Condition. Celle-ci peut alors dépendre de la situation.
Votre personnage décide d'infiltrer une soirée où il n'est pas invité, approche discrètement pour passer par le parc, foire son jet de Crime + Stealth et le MJ décide que vous êtes certes entré mais vous avez dégueulassé votre smoking et vous gagnez la condition "Like a Fool" parce que vous ne ressemblez à rien.
Enfin, les conditions restent simples d'emploi. La condition vous affecte? Vous avez -1 dé. Sinon rien. pas de graduation genre "nerveux mais pas trop" et "vraiment très nerveux".

À noter aussi que Outgunned affirme qu'il n'y a pas d'échec. Si vous foirez un test, la réponse du MJ devrait être "oui mais".
Les conditions sont un bon outil pour ce "mais" d'ailleurs. Je m'en suis par exemple servi pour expliquer que "oui, le personnage peut tenter d'infiltrer la base du méchant en y allant à ski dans la montagne de nuit après avoir conduit pendant sept heures d'affilée" mais que cela se fera avec la condition Tired/Fatigué.

La condition Tired est d'ailleurs la seule qui n'inflige aucune pénalité mais elle n'est pas sans effet.

Car un personnage peut subir quatrième conditions différentes mais à la quatrième, ce sera obligatoirement la condition Broken (claqué, en miettes, défoncé... je sais pas comment ce sera traduit). Cette condition vient avec une pénalité de 1D quelque soit le tirage, cette fois.
Ainsi, si Tired n'inflige aucune pénalité par elle même, cette condition compte dans les trois qu'on peut encaisser avant d'être vraiment affaibli.

C'est simple et bigrement efficace si les joueurs réalisent ce que ça implique.
"Oui, tu peux escalader la haute falaise à mains nues avec ton sac d'armes sur le dos mais tu arriveras en haut Fatigué."
C'est aussi une bonne condition fourre-tout lorsque le personnage a perdu du Grit sans que soit clairement identifiable la cause d'une condition.

Enfin, certaines capacités d'ennemis marchent avec les conditions, ou les provoquent. Des sbires armés d'armes automatiques peuvent avoir la capacité ... euh... armes automatiques. Cette capacité inflige la condition Nerveux à un personnage qui ne parvient même pas à se défendre contre leur attaque avec une réaction Basique. Certes et c'est déjà ennuyeux. Mais par ailleurs, si vous avez déjà Nerveux et que vous devez encore perdre du Grit à cause de leur attaque, vous perdez un point de plus.
Ce qui est bien dans Outgunned, c'est que ce n'est pas une règle générale, dont il faudrait se souvenir tout le temps. C'est un cas particulier, pour ces sbires là et parce qu'ils sont Automatic Weapons.


En conclusion, Outgunned marche bien et est très efficace pour jouer du film d'action. Les scènes qui se succèdent, l'action trépidante puis un moment de repos, on ramasse de nouvelles armes, on fait un plan foireux et c'est reparti.

Le système de jeu est simple. Il plaira à tous les joueurs qui aiment les paris, le risque.
Lancer son pool, décider ce qu'on garde ou pas, relancer et espérer faire mieux ou bien rater et faire pire, c'est la base du jeu.
Sur cette base simple se greffe les capacités des joueurs et des ennemis. Elles sont peu nombreuses et modifient les règles à la marge.
Enfin, il y a les mécaniques d'Adrenaline, Spotlight, Heat et les conditions. Le tout offre plus de profondeur qu'il n'y paraît.

Notamment, la possibilité de customiser les ennemis permet de créer des oppositions colorées et foncièrement différentes. Comme, dans mon cas, j'utilisais Outgunned dans un contexte d'une campagne plus large incluant des supers (au sens large), j'avais décidé que mes ennemis les plus costauds seraient effectivement "hors norme".
Mon Bad Guy de fin étant une sorte de cyborg de combat. Les capacités spéciales et déclencheur sont idéales pour simuler même ce genre d'ennemi. Avec un peu de bouteille, on peut s'en écarter et construire ses propres "surprises", notamment les actions déclenchées.

Nous avions oublié la règle du "One Hero Army" au début parce que l'opposition, basique, était gérable par le personnage seul. En augmentant la difficulté sur la fin, il est vite apparu que le personnage ne pourrait plus tenir seul. Là, nous nous sommes souvenus du "One Hero Army". Cette petite modification (le héros seul en jeu peut utiliser deux Actions successives) permet de raccourcir les conflits. Les conflits prolongés risquant de peu à peu faire plier le personnage, cette règle est la bienvenue, permettant de jouer à Outgunned sans vraiment avoir besoin d'ajuster la difficulté à la baisse car il n'y a qu'un joueur.

Par contre, j'ai été plus surpris par l'impact indirect de ma manière de décrire l'opposition progressivement vaincue par le joueur.
Mécaniquement, l'opposition perd du Grit avec les succès des joueurs. Mais en soi, il n'y a pas de lien absolument direct entre les ennemis et le Grit perdu. C'est bien ça permet de décrire un peu comme on veut. Sauf que dans mon cas, lors de la toute dernière baston, "j'ai éliminé" (à cause du grit perdu) les sbires, peu à peu, au fur et à mesure de succès, dosant leur disparition pour que le probable succès final du joueur corresponde avec la fin du cyborg ennemi.
Mais... le joueur, voyant ma description de tous les sbires qui tombent mais un cyborg jamais atteint... a décidé qu'il ne pouvait pas vaincre cet ennemi là !
Ce qui m'a amené à me demander : peut être que je devrais plutôt révéler le nombre de points de grit ennemis afin que le joueur estime mieux ce qui se passe?

Bon j'espère refaire une partie sous peu, ça me permettra d'affiner ma pratique du jeu.
/Pierre
Avatar de l’utilisateur
Sherkan
Dieu du grec
Messages : 3546
Inscription : mer. déc. 06, 2006 4:42 pm
Localisation : Dans la jungle parisienne du 20ème.

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Sherkan »

La semaine dernière, j'ai ressorti mon Marvel SAGA, le jeu sorti fin 90's avec une version améliorée de Dragonlance 5th Age saga, se jouant donc avec des cartes. On était en mode 1MJ-1PJ.
Et c'était génial ! Parce que le jeu permet l'improvisation narrative comme jamais et que du coup tout va vite. Si bien qu'on a pu en 4h de jeu, créer un personnage et l'emmener dans un saga (!) spatiale qui mélangeait Krees, Skrulls et New Men of Wundagore et finir sur un Héraut de Galactus.

La grande force du jeu vient véritablement des cartes : en plus de servir de dés avec leurs valeurs, elles possèdent toutes d'autres données qu'on peut utiliser, ou pas, suivant la situation et ainsi improviser. Il y a ce qu'on appelle l'Aura d'une carte, positive, négative ou neutre, permettant ainsi de répondre à une simple question du genre "Oui-Non-Oui mais/peut être" ou décrire une situation et estimer sa gravité ou sa difficulté. 
Exemple : le PJ devait s'échapper d'un vaisseau spatial en train d'exploser. La simple lecture d'une carte au hasard a permis de lui proposer une navette de secours pilotable (si l'aura était positive), une simple capsule de sauvetage (aura neutre) lancée dans l'espace ou à peine le temps d'enfiler une combinaison spatiale et se débrouiller (aura négative). Il a eu de la chance de tomber sur une aura neutre.
Une autre donnée des cartes, ce sont des événements aléatoires inscrits dessus qu'on peut mettre en jeu au pas suivant la situation. Quand une carte indique Dramatic Entrance ou Achilles Heel quand tu affrontes une Sentinelle Kree, ça peut aider et apporter un peu de sel à l'histoire.

Bref gros kiff, et pour moi qui suis du genre à tout écrire et structurer, là je me suis mis en mode MJ qui se laisse porter par les propositions du joueur et qui s'en remettait à ce que m'inspiraient les cartes en réponse. Une très agréable sensation de liberté pour ma part et je me suis autant amusé que mon invité.
Bien sûr le jeu a quelques défauts et on s'est posé la question de savoir comment certaines situations pouvaient se résoudre en jeu... mais bon, il suffit de tirer une carte. Hâte de recommencer.
 
- Pourquoi les chinoises ont-elles un goût différent de toutes les autres filles ?
- Et tu nous préfères à elles ?
- Non, c'est différent, le canard laqué ne se compare pas au caviar russe. J'apprécie les deux


James Bond, la classe internationale.

 Couteau Suisse du Podcast Anonyme
Avatar de l’utilisateur
Dany40
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2558
Inscription : ven. avr. 28, 2017 2:04 pm
Localisation : Orthez
Contact :

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Dany40 »

merci pour ce retour @Sherkan ... le système SAGA possède un charme assez particulier et n'ayant que la version Dragonlance il faudrait vraiment que je mette la main sur cette version Marvel qui m'intrigue beaucoup :)
« Les hommes doués intellectuellement savent qu’il n’y a pas de différence nette entre le réel et l’irréel, que les choses ne nous apparaissent qu’à travers la délicate synthèse physique et mentale qui s’opère subjectivement en chacun de nous. » HP Lovecraft
Liste de mes articles sur le Fix
Avatar de l’utilisateur
Sherkan
Dieu du grec
Messages : 3546
Inscription : mer. déc. 06, 2006 4:42 pm
Localisation : Dans la jungle parisienne du 20ème.

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Sherkan »

Dany40 a écrit : sam. juil. 13, 2024 5:03 pm merci pour ce retour @Sherkan ... le système SAGA possède un charme assez particulier et n'ayant que la version Dragonlance il faudrait vraiment que je mette la main sur cette version Marvel qui m'intrigue beaucoup :)
Il faut vraiment que tu passes nous voir, Franck et moi, sur Paris ;)
Et paraît il qu'il existe aussi de quoi jouer virtuellement sur Roll20.
 
- Pourquoi les chinoises ont-elles un goût différent de toutes les autres filles ?
- Et tu nous préfères à elles ?
- Non, c'est différent, le canard laqué ne se compare pas au caviar russe. J'apprécie les deux


James Bond, la classe internationale.

 Couteau Suisse du Podcast Anonyme
Avatar de l’utilisateur
Dany40
Dieu d'après le panthéon
Messages : 2558
Inscription : ven. avr. 28, 2017 2:04 pm
Localisation : Orthez
Contact :

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Dany40 »

Sherkan a écrit : sam. juil. 13, 2024 5:22 pm
Dany40 a écrit : sam. juil. 13, 2024 5:03 pm merci pour ce retour @Sherkan ... le système SAGA possède un charme assez particulier et n'ayant que la version Dragonlance il faudrait vraiment que je mette la main sur cette version Marvel qui m'intrigue beaucoup :)
Il faut vraiment que tu passes nous voir, Franck et moi, sur Paris ;)
Et paraît il qu'il existe aussi de quoi jouer virtuellement sur Roll20.

Ce serait avec grand plaisir :)  ... surtout que j'ai une petite idée de vos capacités d'hospitalité
 
« Les hommes doués intellectuellement savent qu’il n’y a pas de différence nette entre le réel et l’irréel, que les choses ne nous apparaissent qu’à travers la délicate synthèse physique et mentale qui s’opère subjectivement en chacun de nous. » HP Lovecraft
Liste de mes articles sur le Fix
Avatar de l’utilisateur
Sherkan
Dieu du grec
Messages : 3546
Inscription : mer. déc. 06, 2006 4:42 pm
Localisation : Dans la jungle parisienne du 20ème.

Re: Retours de partie : Il était une fois [Sondage en page 1]

Message par Sherkan »

Dany40 a écrit : sam. juil. 13, 2024 8:32 pm
Sherkan a écrit : sam. juil. 13, 2024 5:22 pm
Dany40 a écrit : sam. juil. 13, 2024 5:03 pm merci pour ce retour @Sherkan ... le système SAGA possède un charme assez particulier et n'ayant que la version Dragonlance il faudrait vraiment que je mette la main sur cette version Marvel qui m'intrigue beaucoup :)
Il faut vraiment que tu passes nous voir, Franck et moi, sur Paris ;)
Et paraît il qu'il existe aussi de quoi jouer virtuellement sur Roll20.
Ce serait avec grand plaisir :)  ... surtout que j'ai une petite idée de vos capacités d'hospitalité


:D :bierre:
- Pourquoi les chinoises ont-elles un goût différent de toutes les autres filles ?
- Et tu nous préfères à elles ?
- Non, c'est différent, le canard laqué ne se compare pas au caviar russe. J'apprécie les deux


James Bond, la classe internationale.

 Couteau Suisse du Podcast Anonyme
Répondre